La puce : le chronométrage en triathlon

Dans une compétition de triathlon, le timing est primordial. Chaque seconde passée peut faire une différence entre l’accès au podium et le record personnel. Vous l’avez compris : la précision est essentielle. Elle est également complexe, et l’enregistrement du temps de milliers d’athlètes participant à une compétition dépend aujourd’hui de moyens technologiques innovants. Depuis cette époque, les choses ont bien évolué… Nageur Pro vous propose de se pencher sur le chronométrage en triathlon, et notamment sur la composante essentielle : la puce.

1998 marque la première fois qu’un championnat international de triathlon a été chronométré à l’aide d’une puce. Depuis lors, les organisateurs d’événements ont équipé les athlètes de dispositifs de chronométrage dits “passifs”. Ces derniers étaient, et sont encore souvent, utilisés pour transférer le numéro d’identification individuel d’un athlète à des bornes d’enregistrement le long du parcours.

C’est généralement sur le dossard des athlètes que les transpondeurs passifs sont placés. Ils permettent de définir la position de l’athlète à un instant précis comme à l’arrivée de la course à la nage, le départ/l’arrivée du parcours à vélo, le départ et l’arrivée de la course à pied.

Récemment, cependant, la science du chronométrage a fait l’objet d’innovations importantes, et l’on parle maintenant de chronométrage actif. Des marques comme My Laps (utilisée lors des compétitions d’Ironman) et Athlinks/ChronoTrack (XTERRA) ont grandement fait progresser les choses. Les transpondeurs actifs contiennent leur propre batterie, envoyant un signal à une antenne de réception, généralement un fil placé au sol. Ces dispositifs offrent une précision nettement supérieure, avec un taux de détection proche de 100 %. Les puces sont moins encombrantes, ce qui facilite leur installation à des intervalles plus fréquents sur le parcours. Ils offrent également une fenêtre de détection beaucoup plus large, permettant ainsi un suivi plus détaillé des mouvements de l’athlète le long d’un parcours.

Grâce à la nouvelle technologie, les spectateurs peuvent suivre les athlètes en direct sur une application mobile de suivi, au même titre qu’une équipe de chronométreurs, chargée de surveiller les déplacements de chaque athlète dans l’espace et sur le terrain.

L’intérêt de la puce dans le chronométrage en triathlon

Pour une meilleure fiabilité dans le chronométrage des courses de triathlon, on utilise des puces électroniques. (voir l’image) Les puces assurent l’exactitude du temps de la course et évitent les décalages qui arrivent souvent avec un chronométrage manuel. Il faudra cependant veiller à la bonne installation et utilisation des puces pour ne pas risquer un dysfonctionnement ou se voir non chronométré.

Le fonctionnement des puces de chronométrage ou système RFID est assuré par 3 éléments principaux :

  • La puce (tag) ;
  • Des antennes créant un champ de détection ;
  • Un lecteur relié aux antennes. 

Le principe de fonctionnement est simple. Avant chaque course, les puces sont programmées avec le numéro de dossard correspondant à l’athlète qui les portera. Les puces peuvent être réutilisées dans d’autres courses sans pour autant les reprogrammer. Les puces, appelées également tags, doivent être fixées sur les chaussures des athlètes. Elles doivent être à plat et non sur le côté des chaussures au risque de ne pas être détectées, ne pas transmettre le chronométrage et risquer ainsi un non-classement. Elles sont fixées avec un lien remis avec les dossards ou simplement avec les lacets des chaussures. 

Pour assurer un fonctionnement optimal, il est impératif de vérifier la bonne fixation de la puce sur la chaussure avant le départ. Dans le cas contraire, elle pourrait se détacher et se perdre pendant la course, compromettant ainsi vos chances de qualification et de réussite. Lors des passages sur les tapis de détection, le lecteur capte le numéro du tag et le transmet à l’ordinateur. Le temps chronométré est également transmis, puis enregistré.

À notre avis si vous vous baladez par là vous trouverez votre bonheur :

0 commentaires
Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tweetez
Partagez
Partagez
Email
Enregistrer